Soutien de mère à mère

– Efficacité de l’action d’accompagnantes à l’allaitement sur les taux d’allaitement dans une unité de soins intensifs néonatale : résultat d’un essai randomisé contrôlé.
A Merewood, LB Chamberlain, JT Cook, BL Philipp, K Malone, and H Bauchner, Arch Pediatr Adolesc Med, July 1, 2006 – Résumé – article complet

article completL’objectif de cet essai est de déterminer si les accompagnantes à l’allaitement ont un impact sur la durée de l’allaitement des prématurés dans une population urbaine. L’étude a été menée dans l’unité de soins intensifs néonatale dans le Boston Medical Center, hôpital universitaire faisant environ 2000 naissances par an. 186 couples mères-enfants ont été enrôlés dans l’étude entre 2001 et 2004. Les couples mères-enfants étaient éligibles si la mère avait l’intention d’allaiter et pouvait le faire selon les recommendations de 1997 de l’Académie américaine de pédiatrie , et si l’enfant avait un âge gestationnel entre 26 et 37 semaines et en bonne santé. Les sujets sélectionnés ont été randomisés en deux groupes, dans l’un les mère voyaient une accompagnante à l’allaitement chaque semaine pendant 6 semaines, dans l’autre elle recevait les soins habituels. Le résultat mesuré était l’allaitement maternel à 12 semaines, exclusif ou non. Les deux groupes étaient similaires pour tous les facteurs socio-démographiques mesurés, la moyenne d’âge gestationnel était de 32 semaines (de 26,3 à 37 semaines) avec un poids moyen de naissance de 1875 g (de 682 à 3005g). A douze semaines post-partum, les mères bénéficiant du soutien d’une accompagnante à l’allaitement avait une probabilité de fournir du lait maternel à son bébé 181 % plus élévé que les mères de l’autre groupe (odds ratio, 2,81[intervalle de confiance 95%, 1,1-7,14] ; p=0,1).

L’action des accompagnantes à l’allaitement augmentent la durée de l’allaitement chez les bébés prématurés nés dans un hôpital servant une population défavorisée et hospitalisés en service de néonatologie. Les programmes d’accompagnantes à l’allaitement (peer counselors) peuvent aider à augmenter l’allaitement dans cette population vulnérable.

– Prise en charge des mères allaitantes en bonne santé avec des bébés nés à terme et en bonne santé
Renfrew MJ, McCormick FM, Wade A, Quinn B, Dowswell T, Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5, 2012 – Résumé – article complet

Prise en charge des mères allaitantes en bonne santé avec des bébés nés à terme et en bonne santé Titre original : Support for healthy breastfeeding mothers with healthy term babies

Renfrew MJ, McCormick FM, Wade A, Quinn B, Dowswell T
Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5 2012

article completL’Organisation Mondiale de la Santé recommande que les nouveau-nés soient exclusivement allaités jusqu’à l’âge de six mois avec poursuite de l’allaitement comme élément important du régime alimentaire du nouveau-né jusqu’à au moins l’âge de deux ans. Cette recommandation a été émise car il existe des preuves probantes de risques à court et long terme sur la santé des nouveau-nés et de leurs mères liés à l’absence d’allaitement. De nombreuses mères cessent prématurément d’allaiter en raison de problèmes, dont bon nombre peuvent être évités grâce à des soins et une prise en charge adaptés. Cet arrêt prématuré peut être source de déception et d’angoisse pour les mères, mais aussi de problèmes de santé pour leurs nouveau-nés et elles-mêmes. Une prise en charge de l’allaitement peut inclure des conseils visant à rassurer, à complimenter et à informer, mais c’est aussi une occasion de discuter et de répondre à des questions posées par la mère. La présente revue a examiné si une prise en charge supplémentaire pour les mères allaitantes, assurée par des professionnels et/ou des aidants ayant suivi une formation, permettait aux mères de continuer à allaiter comparée à la mise à disposition de soins de maternité standard. La revue a identifié 52 études contrôlées randomisées issues de 21 pays incluant plus de 56 000 femmes. Toutes les formes de prises en charge supplémentaires analysées montraient une augmentation de la durée d’allaitement et de la durée d’allaitement sans introduire d’autres types de liquides ou d’aliments. La prise en charge assurée par les aidants* et les professionnels avait un effet positif sur les résultats liés à l’allaitement. Une prise en charge face à face était associée à un effet plus important du traitement par rapport à une prise en charge par téléphone. Cette prise en charge, uniquement proposée si les femmes recherchent une aide, a peu de chances d’être efficace. Cette indication signifie que les femmes doivent pouvoir bénéficier de visites prévisibles, planifiées et permanentes. Les interventions fournissant une prise en charge supplémentaire avaient des effets plus significatifs lorsque les taux de base d’initiation à l’allaitement étaient élevés. Les avis des femmes concernant les interventions de prise en charge n’étaient pas correctement signalés dans ces études. La prise en charge doit être adaptée au lieu et aux besoins du groupe de population. D’autres recherches seront nécessaires afin d’identifier les éléments les plus efficaces de la prise en charge.
Notes de traduction
Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé Français

*aidant (trained lay people) : Non professionnel formé

– Données qualitatives sur les perceptions des participants à une intervention de soutien à l’allaitement par des pairs dans une zone rurale d’Ecosse.
P Hoddinott; M Chalmers, and R Pill, Birth, June 1, 2006; 33(2): 139-46, 2006 – Résumé – article complet

Données qualitatives sur les perceptions des participants à une intervention de soutien à l’allaitement par des pairs dans une zone rurale d’Ecosse. Titre original : One-to-one or group-based peer support for breastfeeding? Women’s perceptions of a breastfeeding peer coaching intervention.

P Hoddinott; M Chalmers, and R Pill
Birth, June 1, 2006; 33(2): 139-46 2006

article completL’objectif de l’étude était de comprendre pourquoi le soutien en groupe était plus populaire que le soutien individuel. L’étude a reposé sur des entretiens semi-structurés(21), des observations de groupe (31) et des réponses à un questionnaire à questions ouvertes (n=105/192) sur lais raisons qui avaient poussé les femmes à ne pas choisir un coaching individuel.
Les résultats des analyses ont fait ressortir que les groupes étaient plus populaires car ils normalisaient l’allaitement dans un environnement social où on trouvait des rafraichissements, ce qui améliorait le sens du bien-être des participants. Les groupes fournissaient de la flexibilité, un sens de contrôle et une diversité des images visuelles et des expériences, ce qui aidait les femmes à prendre des décisions quant à l’alimentation de leur bébé elle-même ; et ils offraient un lieu sécurisant pour allaiter devant les autres dans une culture où l’allaitement est rarement vu en public. Les femmes ressentaient souvent une anxiété initiale lorsqu’elles participaient à un groupe pour la première fois mais elles doutaient qu’une seule manière d’allaiter pouvait convenir à tout le monde. En conclusion on peut dire que les femmes enceintes et les mères allaitantes peuvent s’engager volontairement dans une activité de soutien à l’allaitement si elles y trouvent un gain interrelationnel (verbal, visuel, émotionnel et gustatif) et un minimum de risque d’une expérience négative. Le soutien individuel était perçu comme comportant plus de risque pour la confiance en soi et l’empowerment que le soutien en groupe.

– Soutien pour l’allaitement de mères adolescentes : similitudes et différences dans les approches des sages-femmes et de personnes soutien qualifiées
Moran VH, Dykes F, Burt S, Shuck C, Int Breastfeed J. 2006 Nov 25;1:23, 2006 – Résumé – article complet

Soutien pour l’allaitement de mères adolescentes : similitudes et différences dans les approches des sages-femmes et de personnes soutien qualifiées Titre original : Breastfeeding support for adolescent mothers: similarities and differences in the approach of midwives and qualified breastfeeding supporters

Moran VH, Dykes F, Burt S, Shuck C
Int Breastfeed J. 2006 Nov 25;1:23 2006

article completL’analyse systématique des approches utilisées par 12 sages-femmes et 12 personnes soutien qualifiées devant les mêmes situations de soutien à l’allaitement a permis de distinguer 5 composantes du soutien : soutien émotionnel, soutien de l’estime de soi, soutien pratique, soutien informationnel et soutien de réseau. Bien que les approches de soutien des deux groupes comportaient des éléments de chacune des cinq composantes, les personnes soutien mettaient en avant le soutien émotionnel et de l’estime de soi et insistaient sur le besoin de valoriser les connaissances pré-existantes des mères, vérifiant leur compréhension par l’utilisation de questions ouvertes. Les sages-femmes étaient plus directives et posaient plus de questions fermées. Ces différences pourraient refléter l’accent mis sur des approches centrées sur la personne dans la formation des personnes soutien et dans le cas des sages-femmes, les contraintes bureaucratiques et institutionnelles qui rendent difficile voire impossible de prendre du temps pour se mettre en phase avec les femmes.

– Un essai randomisé pour évaluer l’efficacité du conseil par des pairs ( peer counseling) sur l’allaitement exclusif dans une communauté défavorisée à prédominance hispanique.
Alex K. Anderson, PhD, MPH; Grace Damio, MS, CD-N; Sara Young, MSN, RN, IBCLC;, Arch Pediatr Adolesc Med. 2005;159:836-841, 2005 – Résumé – article complet

Un essai randomisé pour évaluer l’efficacité du conseil par des pairs ( peer counseling) sur l’allaitement exclusif dans une communauté défavorisée à prédominance hispanique. Titre original : A Randomized Trial Assessing the Efficacy of Peer Counseling on Exclusive Breastfeeding in a Predominantly Latina Low-Income Community

Alex K. Anderson, PhD, MPH; Grace Damio, MS, CD-N; Sara Young, MSN, RN, IBCLC;
Arch Pediatr Adolesc Med. 2005;159:836-841 2005

article completEtude réalisée chez des femmes défavorisées du centre ville de Hartford dans le Connecticut.
Les participantes ont été recrutées en prénatal et affectées au hasard pour recevoir le soutien d’un peer counselor plus le soutien habituel pour l’allaitement (groupe PC) ou seulement le soutien habituel (groupe contrôle GC) et ont été suivies pendant trois mois post-partum.
Le groupe Peer counselor a reçu 3 visites prénatales à la maison, des visites journalières en périnatal et 9 visites à domicile post-natales ainsi que un soutien téléphonique selon besoin.
A la sortie de la maternité, 24% des mères du groupe contrôle n’avaient pas démarré l’allaitement comparé à 9%dans le groupe PC avec 56% et 42% respectivement d’allaitement non exclusif. 91 des femmes de l’étude étaient d’origine hispanique. Presque toutes les femmes enceintes envisageaient d’allaiter. A trois mois, 97% du groupe CG et 74% du groupe PC n’avaient pas allaité exclusivement dans les 24 heures précédentes [RR]=1.33; 95% CI, 1.14-1.56). La probabilité d’allaitement non exclusif pendant les 3 premiers mois était significativement plus grande dans le groupe CG que dans le groupe PC (99% vs 79%; RR=1.24; 95% CI, 1.09-1.41). Les mères du groupe GC avaient moins de chances de rester amhénoréique à trois mois que celle du groupe PC(33% vs 52%; RR=0.64; 95% CI, 0.43-0.95). La probabilité pour les bébés d’avoir un épisode ou plus de diarrhée était divisée par deux pour ceux du groupe PC (18% vs 38%; RR=2.15; 95% CI, 1.16-3.97).
On peut conclure qu’un soutien intensif et bien structuré fourni par l’hôpital et des peer counselors basées dans la communauté est efficace pour améliorer les taux d’allaitement exclusif parmi les femmes défavorisées vivant dans les centres villes aux Etats-Unis.

– Essai randomisé et contrôlé de soutien des mères envisageant d’allaiter par des conseillères bénévoles.
Jonathan Graffy, Jane Taylor, Anthony Williams, Sandra Eldridge, BMJ VOLUME 328 3 JANUARY 2004, 2004 – Résumé – article complet

Essai randomisé et contrôlé de soutien des mères envisageant d’allaiter par des conseillères bénévoles. Titre original : Randomised controlled trial of support from volunteer counsellors for mothers considering breast feeding

Jonathan Graffy, Jane Taylor, Anthony Williams, Sandra Eldridge
BMJ VOLUME 328 3 JANUARY 2004 2004

article completDans la région de Londres et de l’Essex, 32 cabinets médicaux ont proposé le soutien de conseillères en allaitement à 720 femmes qui envisageaient d’allaiter.
Cette proposition de soutien n’a pas augmenté significativement la prévalence de l’allaitement à 6 semaines (65% (218/336) dans le groupe d’intervention et 63% (213/336) dans le groupe contrôle; risque relatif 1.02, 95% intervalle de confiance 0.84 to 1.24). Une analyse jusqu’à 4 mois a confirmé que ni la durée de l’allaitement ni le moment de la diversification alimentaire ne différaient de façon significative entre les deux groupes. Toutes les femmes du groupe d’intervention n’ont pas contacté les conseillères en postnatal mais 73% de celles qui l’ont fait (123/179) les ont évaluées comme très aidantes. Plus de femmes du groupe d’intervention par rapport à celles du groupe contrôle ont dit que les conseils les plus utiles leur avaient été donné plus par les conseillères que par les autres sources.
Les femmes ont aimé le soutien des conseillères en allaitement mais l’intervention n’a pas augmenté significativement les taux d’allaitement, peut-être parce que les femmes n’ont pas fait appel à leurs services.

– Aperçus d’un programme pilote de soutien à l’allaitement entre pairs pour les maris et compagnons de participantes au programme WIC au Texas
Jewell Stremler, Dalia LoveraJ , J Hum Lact November 2004 20: 417-422,, 2004 – Résumé – article complet

Aperçus d’un programme pilote de soutien à l’allaitement entre pairs pour les maris et compagnons de participantes au programme WIC au Texas Titre original : Insight from a Breastfeeding Peer Support Pilot Program for Husbands and Fathers of Texas WIC Participants

Jewell Stremler, Dalia LoveraJ
J Hum Lact November 2004 20: 417-422, 2004

article completUn programme pilote de soutien à l’allaitement de pères à pères a été mis en place par le Département de la Santé du Texan avec pour but d’augmenter les taux d’allaitement dans les familles fréquentant le WIC. Le concept de ce programme était basé sur le succès précédent d’un programme de Peer counselor et la recherche montrant que l’attitude du père a une influence importante sur la décision de la mère d’allaiter. Les papas Pairs sont des pères d’enfants allaités participant au programme WIC. Ils sont recrutés, formés et employés pour donner des informations sur l’allaitement et le parentage à d’autres pères du WIC. Les pères du WIC ont noté l’information qu’ils ont reçue comme très importante et indiqué que des sessions de conseils les aideraient à soutenir les mères de leurs bébés pour l’allaitement et pour devenir de meilleurs pères. Le taux d’initiation de l’allaitement a augmenté dans les consultations qui emploient de pères pairs. L’éducation à l’allaitement de père à père a été couronné de succès pour éduquer et renforcer (empower) les pères, les rendant capables de soutenir les membres de leur famille qui allaitaient.

– définition du soutien entre pairs
Cindy-Lee Dennis, Ellen Hodnett, Ruth Gallop, CMAJ • JAN. 8, 2002; 166 (1), 2002 – Résumé – article complet

définition du soutien entre pairs Titre original : in The effect of peer support on breast-feeding duration among primiparous women: a randomized controlled trial

Cindy-Lee Dennis, Ellen Hodnett, Ruth Gallop
CMAJ • JAN. 8, 2002; 166 (1) 2002

article completVoici une définition du soutien entre pairs tiré de l’article de Dennis,Hodnett et Gallop

« Nous définissons le soutien entre pair comme un type spécifique de soutien social qui incorpore une aide informative, émotionnelle et évaluable (feed-back). Cette aide non professionnelle est donnée par des bénévoles qui ne font pas partie de la famille du participant ou de son réseau social immédiat ; à la place ils possèdent une connaissance basée sur l’expérience du comportement visé (par ex, un allaitement réussi) et des caractéristiques semblables à la personne aidée (par ex. âge, statut socio-économique, culture, lieu de résidence). »

– Effet du soutien entre pairs sur la durée de l’allaitement parmi des primipares : essai contrôlé randomisé
Cindy-Lee Dennis, Ellen Hodnett, Ruth Gallop, Beverley Chalmers, CMAJ • JAN. 8, 2002; 166 (1), 2002 – Résumé – article complet

Effet du soutien entre pairs sur la durée de l’allaitement parmi des primipares : essai contrôlé randomisé Titre original : The effect of peer support on breast-feeding duration among primiparous women: a randomizedcontrolled trial

Cindy-Lee Dennis, Ellen Hodnett, Ruth Gallop, Beverley Chalmers
CMAJ • JAN. 8, 2002; 166 (1) 2002

article complet256 mères allaitantes ont été recrutées dans deux hôpitaux de communautés semi-urbaines autour de Toronto et assignées au hasard à un groupe contrôle (soins conventionnels) ou à un groupe de soutien entre pairs (soins conventionnels plus soutien téléphonique de la part d’une femme expérimentée en allaitement qui avait reçu une session d’orientation de 2,5 heures, soutien initié 48 h après la sortie de l’hôpital). Un pourcentage significativement plus élevé de mères du groupe soutien continuaient à allaiter 3 mois post-partum (81,1% vs 66,9%, p=0.01) et pratiquaient un allaitement exclusif (56.8% vs 40.3%,p=0.01).
Le degré de satisfaction des mères quant à leur expérience de l’allaitement a aussi été mesuré. Dans le groupe soutien 1.5% des mères étaient insatisfaites de cette expérience contre 10.5% dans le groupe contrôle (p=0.02). 81.6% des 130 mères qui ont évalué l’intervention de soutien ont exprimé leur satisfaction de l’action de soutien de mère à mère et 100% ont déclaré que toutes les mères devraient en bénéficier.