Documents de politiques de santé publique

– Plan d’action européen pour une politique alimentaire et nutritionnelle 2015-2020
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ • BUREAU RÉGIONAL DE L’EUROPE, septembre 2014 – Résumé – article complet

Plan d’action européen pour une politique alimentaire et nutritionnelle 2015-2020


ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ • BUREAU RÉGIONAL DE L’EUROPE septembre 2014

article completLe plan d’action adopté en septembre 2014 lors de la 64ème session du Comité Régional de l’Europe, vise à réduire dans une large mesure la charge des maladies non transmissibles évitables et liées à l’alimentation, de l’obésité et de toutes les autres formes de malnutrition encore répandues dans la Région européenne de l’OMS. Il préconise la prise de mesures par l’adoption d’approches pangouvernementales et pansociétales. Ses actions prioritaires contribueront à améliorer la gouvernance du système alimentaire, la qualité globale de l’alimentation de la population européenne et l’état nutritionnel de celle-ci.
L’Objectif 2 de ce plan consiste à faire valoir les bienfaits procurés par une conduite alimentaire saine tout au long de l’existence, notamment chez les groupes les plus vulnérables et mentionne spécifiquement l’allaitement maternel :
« 60. Accroître les mesures visant à protéger et à promouvoir l’allaitement maternel, notamment par l’adoption de politiques et de normes, les avantages de cette pratique étant par ailleurs mis en évidence dans le cadre d’activités d’information et d’éducation. La promotion d’une alimentation et d’une nutrition saines avant la conception, pendant la grossesse et pour les nourrissons et jeunes enfants revêt une importance capitale afin d’assurer la croissance et le développement, et aussi de prévenir les maladies non transmissibles. Dans ce contexte, les États membres s’engagent à procéder à un suivi global du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et de l’initiative Hôpitaux amis des bébés (ou des normes d’une rigueur égale ou supérieure), et à renforcer la capacité des prestataires et services de santé à contribuer à une alimentation optimale des enfants moyennant une formation appropriée, l’adoption de bonnes pratiques en matière de soins maternels et la dispensation de services à la petite enfance visant à promouvoir l’allaitement maternel. Les États membres et l’OMS prépareront également des recommandations pour la nutrition pendant la grossesse, notamment en ce qui concerne l’état nutritionnel et la prise de poids »

– Evaluation de la politique de soutien à la parentalité
Bénédicte JACQUEY-VAZQUEZ , Michel RAYMOND, Patricia SITRUK , Inspection générale des affaires sociales (IGAS), Février 2013 – Résumé – article complet

Evaluation de la politique de soutien à la parentalité

Bénédicte JACQUEY-VAZQUEZ , Michel RAYMOND, Patricia SITRUK
Inspection générale des affaires sociales (IGAS) Février 2013

article completLa ministre des affaires sociales et de la santé et la ministre déléguée, chargée de la famille
ont demandé à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) un bilan de la politique de soutien
à la parentalité afin d’évaluer son apport pour les familles, son mode de gouvernance et de proposer
des pistes pour l’avenir.
A la demande de la ministre des affaires sociales et de la santé et la ministre déléguée, chargée de la famille, l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a effectué un bilan de la politique de soutien à la parentalité.

Le soutien à la parentalité consiste à épauler les parents en les informant, en les écoutant et en
« mettant à leur disposition des services et des moyens leur permettant d’assumer pleinement, et en
premier, leur rôle éducatif ».
La visée est clairement universaliste, au bénéfice de tous les parents. Il s’agit de les réassurer sur leurs compétences parentales, de développer les échanges entre pairs, de mettre en œuvre des lieux favorisant la consolidation de leurs capacités éducatives par un accompagnement bienveillant, et de proposer, face aux situations difficiles ou conflictuelles, des dispositifs d’appui et de médiation…
Les rapporteurs se sont appuyés sur le récent rapport du Centre d’analyse stratégique5et ont passé en revue les évaluations significatives disponibles. A l’étranger (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Australie notamment), il s’agit plus souvent d’évaluations longitudinales concernant des programmes de « positive parenting »réalisées dans la durée, avec des groupes témoin.
En France, la plupart des dispositifs mis en œuvre ont également fait l’objet d’évaluations récentes. C’est notamment le cas des REAAP, des LAEP, de la médiation familiale et des groupes de parole. Il s’agit plutôt d’études et d’enquêtes qualitatives.
Qu’il s’agisse des évaluations étrangères ou nationales, et quelle que soit la méthodologie adoptée,
les conclusions semblent concordantes et concluantes quant à l’existence d’impacts favorables pour
les bénéficiaires.


On peut noter particulièrement cette réflexion :
En outre, la mission suggère de privilégier les termes « accompagnement à la parentalité » plutôt que « soutien à la parentalité ». En effet la notion de « soutien » peut avoir une connotation assistantielle tandis que la notion « d’’accompagnement » s’accorde plus étroitement avec les principes fondamentaux de cette politique et notamment la valorisation des compétences parentales et la reconnaissance des parents comme premiers éducateurs de leurs enfants. (p64)

– Prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement.Résultats de l’Enquête Elfe maternité, France métropolitaine,2011.
Kersuzan C, Gojard S, Tichit C, Thierry X, Wagner S, Nicklaus S., Bull Epidémiol Hebd. 2014;(27):440-9., 2014 – Résumé – article complet

Prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement.Résultats de l’Enquête Elfe maternité, France métropolitaine,2011.

Kersuzan C, Gojard S, Tichit C, Thierry X, Wagner S, Nicklaus S.
Bull Epidémiol Hebd. 2014;(27):440-9. 2014

article completL’étude Elfe (Étude longitudinale française depuis l’enfance) porte sur plus de 18 000 nourrissons nés tout au long de l’année 2011 dans un échantillon aléatoire de maternités de France métropolitaine. Cet article présente la prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement.

Les taux d’allaitement étaient plus faibles en cas de complications à la naissance ainsi que chez les nourrissons dont les parents étaient nés en France, étaient ouvriers, employés ou sans profession, et chez ceux dont les mères avaient un niveau d’études intermédiaire. La pratique de l’allaitement diminuait aussi quand la mère était fumeuse, peu investie dans la préparation à la naissance et lorsqu’elle était en situation d’insuffisance ou de surcharge pondérale avant la grossesse. Ces mêmes caractéristiques sociales renforçaient la partition des choix entre allaitement exclusif et allaitement partiel, exception faite des mères étudiantes et étrangères qui pratiquaient plus que les autres un allaitement partiel, malgré leur forte propension à allaiter.

La prévalence de l’allaitement total en maternité varie selon de nombreuses caractéristiques des parents, des naissances et de l’accouchement. La plupart de ces caractéristiques influencent aussi le choix de l’allaitement exclusif par rapport à l’allaitement partiel. Les facteurs identifiés fournissent des pistes pour élaborer des actions spécifiques de promotion de l’allaitement ciblant les groupes de mères les moins
enclines à allaiter. Les auteurs soulignent qu’aux États-Unis, certains travaux montrent que les programmes d’information et d’éducation ciblant les groupes sociaux modestes, en particulier via la mise en place de soutien de proximité, entraînent une augmentation sensible des taux d’allaitement en maternité dans ces populations.

Les données de la cohorte Elfe mettent en évidence certaines caractéristiques et attitudes du père corrélées à la pratique de l’allaitement en maternité. Ces résultats invitent à prendre davantage en
compte le rôle du père dans les actions de promotion de l’allaitement ou à cibler les actions de promotion
vers les conjoints les moins susceptibles de soutenir la décision d’allaiter.

– Durée de l’allaitement maternel en France (Épifane 2012-2013)
Salanave B, de Launay C, Boudet-Berquier J, Castetbon K., Bull Epidémiol Hebd. 2014;(27):450-7., 2014 – Résumé – article complet

Durée de l’allaitement maternel en France (Épifane 2012-2013)

Salanave B, de Launay C, Boudet-Berquier J, Castetbon K.
Bull Epidémiol Hebd. 2014;(27):450-7. 2014

article completObjectifs – À partir des données de l’étude Épifane sur l’alimentation des enfants au cours de leur première année de vie, la durée de l’allaitement maternel (AM), son degré d’exclusivité et les taux d’AM à 3, 6 et 12 mois ont été estimés pour la première fois au niveau national en France.
Méthodes – L’étude a porté sur un échantillon aléatoire d’enfants nés au premier trimestre 2012 dans 136 maternités tirées au sort en France métropolitaine. Les données sur l’alimentation des enfants ont été recueillies par interrogatoire à la maternité et à 1, 4, 8 et 12 mois. Les définitions de l’AM exclusif et prédominant de l’Organisation mondiale de la santé ont été utilisées. Des courbes de Kaplan-Meier ont permis de décrire l’évolution de l’AM entre la naissance et le premier anniversaire en prenant en compte les perdus de vue.
Résultats – Parmi les 3 365 enfants inclus dans les analyses, 2 806 (83%) ont été suivis jusqu’à 12 mois. À 3 mois, 39% des enfants étaient encore allaités : 10% de façon exclusive, 11% de façon prédominante et 18% recevant aussi des préparations pour nourrissons (PN) du commerce. À 6 mois, seul un enfant sur quatre était encore allaité et plus de la moitié d’entre eux consommaient des PN en complément. À un an, seuls 9% des enfants recevaient encore du lait maternel. Parmi les enfants allaités à la naissance (74%), la moitié l’étaient encore à 15 semaines, la médiane de l’AM exclusif ou prédominant étant, quant à elle, estimée à 3 semaines et demie.
Conclusion – Les résultats de cette étude montrent que, au regard des recommandations actuelles, les mères qui ont choisi d’allaiter devraient être encouragées à maintenir un AM si possible jusqu’à 6 mois. La poursuite des analyses permettra d’identifier les facteurs associés à la durée de l’AM et d’aider ainsi au ciblage des interventions pour se rapprocher de ces recommandations.

– Promouvoir la santé dès la petite enfance. Accompagner la parentalité.
Houzelle N., Rebillon M. dir. , Inpes, coll. Santé en action, 2013 : 192 pages, 2013 – Résumé – article complet

Promouvoir la santé dès la petite enfance. Accompagner la parentalité.

Houzelle N., Rebillon M. dir.
Inpes, coll. Santé en action, 2013 : 192 pages 2013

article complet
Guide élaboré sous l’égide de l’INPES à l’intention des professionnels et des acteurs de l’accompagnement à la parentalité.

« Fruit d’une écriture collaborative et participative, travail à
plusieurs voix qui entend cerner les multiples facettes de
la parentalité et des interventions possibles, cet ouvrage
questionne les enjeux actuels du soutien à la parentalité et de
la place de la santé dans cet univers. Ce rapprochement est
relativement récent. Il a donné lieu à plusieurs interpellations
et mises en garde contre les risques d’instrumentalisation, de
stigmatisation ou de normalisation. Vigilance et respect des
principes éthiques doivent fonder ces programmes, comme dans
toute intervention de santé publique. » extrait de la préface

– Plan National Nutrition Santé numéro 3 (PNNS 3) 2011 à 2015
2011 – Résumé – article complet

Plan National Nutrition Santé numéro 3 (PNNS 3) 2011 à 2015


2011

article completObjectifs spécifiques :

« OS 3-7-1 : augmenter de 15 % au moins, en 5 ans, le pourcentage d’enfants allaités à la naissance.
OS 3-7-2 : augmenter de 25 % au moins, en 5 ans, la part des enfants allaités à la naissance bénéficiant d’un allaitement exclusif.
OS 3-7-3 : allonger de 2 semaines, en 5 ans, la durée médiane de l’allaitement.
OS 3-7-4 : retarder d’un mois, en 5 ans, l’âge médian d’introduction de tout autre aliment que le lait (maternel ou formule lactée du commerce). »
Pour remplir ces objectifs plutôt ambitieux (+ 15 % en 5 ans, cela veut dire en moyenne + 3 % par an, alors que toutes ces dernières années, le taux d’allaitement à la naissance augmentait en moyenne de 2 % par an), la seule « action » indiquée est celle-ci :
« 13. Mettre en oeuvre des mesures issues du plan d’action allaitement pour :
(13.1) communiquer, informer et sensibiliser les mères sur les modes d’alimentation du nouveau-né, en intégrant un regard objectif sur l’allaitement maternel (en bénéfices comme en conditions à réunir) pour permettre un véritable choix éclairé ;
(13.2) s’assurer que les services de maternité offrent effectivement aux femmes le droit à l’information personnalisée et objective permettant ce choix. Les établissements réunissant ces conditions doivent l’inscrire dans le processus de certification. »

– Plan d’action : Allaitement maternel ; Propositions d’actions pour la promotion de l’allaitement maternel
Pr Dominique Turck, CHRU de Lille – Hôpital Jeanne de Flandre, documentation française, 2010 – Résumé – article complet

Plan d’action : Allaitement maternel ; Propositions d’actions pour la promotion de l’allaitement maternel

Pr Dominique Turck, CHRU de Lille – Hôpital Jeanne de Flandre
documentation française 2010

article completCe rapport analyse les conditions d’amélioration de la promotion de l’allaitement maternel en France : aussi bien son initiation que le prolongement de sa durée.
Les propositions d’action résultent d’une analyse d’un groupe de travail réunissant des professionnels de santé.
Le groupe de travail a auditionné 33 structures : associations de promotion de l’allaitement, organisations professionnelles, sociétés savantes, réseaux de soins, conseils ordinaux, assurances-maladie, organismes de formation, organisations humanitaires, organes de presse, instituts de santé publique, et directions ministérielles, notamment.
Ces propositions s’inscrivent dans les objectifs spécifiques à l’enfant du Programme National Nutrition Santé (PNNS) 2 et ont été validées par le comité de pilotage du PNNS le 18 décembre 2009.
Le rapport fait tout d’abord le point sur les données disponibles concernant l’allaitement : bénéfices de l’allaitement pour la santé de l’enfant et de sa mère, textes internationaux et recommandations, impact économique, état des lieux de l’allaitement en France. Il revient sur les facteurs qui déterminent l’initiation, la durée et/ou l’arrêt de l’allaitement dans les pays industrialisés, et rappelle les objectifs d’une politique de promotion de l’allaitement. Il propose des actions en faveur de cette politique, dans des domaines aussi variés que le regard de la société sur l’allaitement, le droit des femmes à allaiter et le droit des enfants à être allaités, l’information auprès des femmes, des pères et des familles, la formation des professionnels de santé, les actions spécifiques dans la filière de soins, l’allaitement dans les populations défavorisées, l’allaitement des enfants prématurés et des enfants de faible poids de naissance, et la recherche.

– Le programme des Peer counselor du WIC, rapport final d’activités
Ann Collins, Catherine Dun Rappaport,Nancy Burstein, Tracy K. Palmer, U.S. Department of Agriculture, Food and Nutrition Service, Office of Research and Analysis, 2010 – Résumé – article complet

Le programme des Peer counselor du WIC, rapport final d’activités Titre original : WIC Breastfeeding Peer Counseling Study Final Implementation Report

Ann Collins, Catherine Dun Rappaport,Nancy Burstein, Tracy K. Palmer
U.S. Department of Agriculture, Food and Nutrition Service, Office of Research and Analysis 2010

article completRapport élaboré à la demande du ministère de l’agriculture des USA sur la mise en oeuvre du programme de Peer counselor “Loving support”, programme destiné à augmenter la prevalence et la durée de l’allaitement des personnes bénéficiaires du programme WIC*. Ce rapport résume les informations collectées auprès des Etats, des collectivités et des territoires ainsi qu’auprès de 40 agences locales du WIC*. Les données ont été collectées avant l’augmentation du budget du programme qui est passé de 15 à 80 millions $ en 2010.
Ce rapport décrit :
– L’utilisation du programme Loving Support au niveau des Etats et des territoires
– Les caractéristiques des agences locales du WIC mettant en œuvre ce programme
– La nature des actions locales dans le cadre de ce programme
– Des informations détaillées sur la mise en œuvre du programme dans 5 des 40 agences
locales étudiées

*Le programme de supplémentation nutritionnelle pour les femmes, les bébés et les enfants WIC (women, infant, children) est un programme fédéral qui subventionne une aide alimentaire et sanitaire ainsi que l’éducation nutritionnelle pour les femmes enceintes et les jeunes mères à bas revenus et pour les bébés et enfants à risque de carence nutritionnelle jusqu’à l’âge de 5 ans .

– Le guide des interventions autour de l’allaitement du CDC
Shealy KR, Ruowei L, Benton-Davis S, Grummer-Strawn LM., U.S. Départment of Health and Human Services, Centers for Disease Control and Prevention,, 2005 – Résumé – article complet

Le guide des interventions autour de l’allaitement du CDC Titre original : The CDC Guide To Breastfeeding Interventions

Shealy KR, Ruowei L, Benton-Davis S, Grummer-Strawn LM.
U.S. Départment of Health and Human Services, Centers for Disease Control and Prevention, 2005

article completCe guide,compilé par le Center for Disease Control d’Atlanta, inclut tous les types d’intervention pour la promotion, le soutien et la protection de l’allaitement maternel qui ont été examinés par la Collaboration Cochrane. Il comprend aussi des interventions qui ne sont pas encore formellement évaluées mais qui ont une tradition bien établie ou une raison d’être solide. Les chapitres de ce guide se divisent en deux catégories : les interventions pour lesquelles les preuves sont bien établies et celles pour lesquelles les preuves sont limitées.
Les pratiques en maternité (IHAB), le soutien de l’allaitement au travail, le soutien entre pairs (type Prall), l’éducation des mères, le soutien des professionnels et le marketing social et médiatiques font partie de la première catégorie.

– La stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant
OMS, 2002 – Résumé – article complet

La stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant


OMS 2002

article completLa stratégie mondiale a été approuvée, par consensus, le 18 mai 2002 par la CinquanteCinquième Assemblée mondiale de la Santé, et le 16 septembre 2002 par le Conseil d’administration de l’UNICEF

– Aider les parents à être parents. Le soutien à la parentalité, une perspective internationale
Marie-Pierre Hamel , Sylvain Lemoine, Claude Martin , Centre d’analyse stratégique, 2012 – Résumé – article complet

Aider les parents à être parents. Le soutien à la parentalité, une perspective internationale

Marie-Pierre Hamel , Sylvain Lemoine, Claude Martin
Centre d’analyse stratégique 2012

article completDepuis quelques années se développent dans l’ensemble des pays de l’OCDE des services visant à soutenir les parents dans l’exercice de leur fonction parentale. En complément des prestations monétaires familiales ou des mesures permettant de concilier vie privée et vie professionnelle, ces nouveaux services entendent promouvoir le bien-être des enfants comme celui des parents. Alors que cette politique publique se structure progressivement en France, l’ambition de ce rapport est double : d’une part, éclairer la réflexion par une approche historique et internationale ; de l’autre, en présentant plus de cinquante actions de soutien, mettre en exergue des expériences et des pratiques prometteuses. Leur analyse montre tout l’intérêt qu’ont les pouvoirs publics à créer des services à destination de tous les parents, quelle que soit la configuration familiale et à toutes les étapes du développement de l’enfant. Se pose alors la question déterminante de l’accès à ces services qui ont pour vocation d’aider les parents à être de meilleurs parents.
Parmi les bonnes pratiques soulignées par ce rapport on trouve :
Développer les programmes animés par les parents pour les parents, à l’aide d’une formation et d’un accompagnement spécifiques.